Comment bien utiliser les écrans?

Publié le

Les écrans font partie de notre quotidien.
Comment guider nos enfants dans cet
univers où abondent télévisions, tablettes, smartphones?


Les effets néfastes d’une utilisation abusive

L’utilisation abusive des écrans peut en effet avoir des impacts nocifs sur les enfants.
✭ La lumière bleue émise artificiellement par les écrans est mauvaise pour les yeux fragiles des enfants. Elle peut provoquer des maux de tête, accélère le vieillissement de la rétine, et augmente le risque de troubles visuels dès l’adolescence, comme la myopie.

La lumière bleue naturelle émise par le soleil permet de régler le cycle veille/sommeil.
Lorsque celle-ci est émise artificiellement par les écrans et que ceux-ci sont utilisés le soir, elle est responsable des troubles du sommeil : elle leurre le cerveau qui pense qu’il fait jour.

✭ L’utilisation avec excès des écrans a également un réel impact sur le cerveau. Elle provoque un rétrécissement du volume de la substance grise, une altération des connexions des fibres nerveuses et une diminution du cortex frontal.

✭ Des études ont montré que les enfants qui sont surexposés aux écrans ont tendance à ne pas reconnaître les émotions de ceux qui les entourent.

✭ Ces impacts physiologiques ont des conséquences sur le développement des enfants :

-On peut observer des retards du langage, des problèmes de graphismes et de comportement chez les 3 à 6 ans.


-De 6 à 9 ans, on note des problèmes d’attention, des problèmes de comportement, d’anxiété et d’agressivité.

Alors, faut-il interdire les écrans?

Suspendre son abonnement internet et revendre son poste de télévision?

Comme toute chose, on peut apprendre à les utiliser avec modération. Accompagner les enfants permet de les protéger mais aussi d’encourager leur esprit de découverte et de développer leur sens critique.

Quelques règles à respecter


Vous avez certainement entendu parler de la règle des 3-6-9-12, écrite par Serge Tisseron, psychiatre et psychanalyste français. Voici en quelques mots en quoi elle consiste :

  1. Pas d’écran avant 3 ans,
  2. Pas de console de jeu portable avant 6 ans
  3. Pas d’Internet avant 9 ans, et Internet accompagné jusqu’à l’entrée en collège
  4. Internet seul à partir de 12 ans, avec prudence


A chaque âge, une utilisation adaptée

Le tout-petit avant 3 ans n’a pas besoin d’écran. Il apprend par la jeu, par la manipulation des objets. Il a besoin d’activité physique.

De 3 à 6 ans, l’enfant expérimente le faire semblant.
C’est le moment de lui apprendre à faire la différence
entre le virtuel et le réel, en limitant les séances à
20 minutes, en présence d’un adulte et en privilégiant les écrans interactifs.


De 6 à 12 ans, les logiciels éducatifs peuvent permettre l’amélioration des connaissances. Les séances sont limitées à 30 minutes, avec un adulte à proximité. C’est aussi le moment pour leur apprendre l’autorégulation face aux écrans.


Durant l’adolescence, les écrans permettent développer le sens critique, c’est le moment de le sensibiliser aux dangers d’internet. Il faut éviter les jeux vidéos et les films à caractère violent.
Certains jeux en revanche permettent de développer la stratégie, la logique, ils peuvent également favoriser l’intelligence collective.



Derniers conseils …

A chaque âge, veillez à respecter la méthode des « 4 pas pour mieux avancer » mise en forme par la psychologue Sabine Duflo :
● pas d’écran le matin
● pas pendant les repas
● pas dans la chambre
● pas avant de d’endormir

Les écrans sont à réserver pour des moments définis, dont l’utilisation est limitée dans le temps, et en votre présence. Les parents doivent être disponibles pour répondre aux interrogations des enfants, pour échanger sur ce qu’ils ressentent face aux images qui leur sont proposées.

Pour tous les autres moments de la journée, pourquoi ne pas leur proposer d’autres activités, une sortie dans la nature, un jeu de société en famille, un moment de cuisine en famille… ?

La meilleure façon d’éviter l’addiction chez nos enfants est encore de leur montrer l’exemple, en s’obligeant à poser le téléphone, éteindre l’ordinateur ou le poste de télévision pour profiter des moments de vie ensemble.



Un petit défi, avant de refermer votre écran…

Et, pourquoi ne pas essayer le défi de Jacques Brodeur, enseignant au Québec : le Défi 10 jours sans écran, dont les bienfaits ont été démontrés et qui ont été suivis par de nombreuses écoles en France et en Europe ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *